Visit the new website - Visite el nuevo sitio - Visitez le nouveau site web - Visite o novo site

ONG-NGO

Portail des plates-formes nationales d'ONG

pour une diplomatie non-gouvernementale

17 août 2018

Lutte contre les inégalités sociales et l’exclusion

en es pt
ACCIÓN – Asociación Chilena de ONGs

 Enjeux

Au niveau mondial, on s’attend à ce que la pauvreté atteigne 53 millions de personnes, alors que les estimations suggèrent que la crise alimentaire a déjà augmenté de 44 millions le nombre de personnes qui souffrent de dénutrition.

D’après le rapport 2009 de Social Watch, il est probable que les effets de la crise mènent à une augmentation de l’inégalité. La brèche entre foyers riches et pauvres, qui se creusait depuis les années 1990, se fera plus grande encore.

Selon un échantillon de pays étudiés dans un rapport de l’OIT de 2008, l’écart de revenus entre les 10% de salaires les plus hauts, et les 10% de salaires les plus bas avait augmenté de 70%.

Ouvrir le débat de l’inégalité signifie ajouter une composante politique au débat sur la pauvreté, et l’élargir pour inclure des thèmes tels que la justice fiscale, le financement innovant du développement, la crise financière et les Objectifs du Millénaire, entre autres. Une étude des Nations unies (2006) démontre que 2% de la population adulte la plus riche du monde possède plus de la moitié des richesses globales des foyers. À l’inverse, la moitié la plus pauvre de la population adulte mondiale détient seulement 1% des richesses mondiales. L’inégalité est devenue un thème central dans les débats sur les politiques publiques et les modèles économiques en Amérique latine. Il existe des inégalités entre pays mais aussi entre régions : les richesses se concentrent en Amérique du Nord, en Europe, et dans les pays aux ressources élevées de la zone Asie-Pacifique. La population de ces régions possède collectivement 90% de la richesse mondiale totale. La pauvreté n’est pas seulement une question de bien-être, cela concerne aussi l’incapacité à atteindre ce bien-être d’une manière autonome et permanente. À ce sujet, nous avons proposé les options suivantes :
- Approfondir et radicaliser la démocratie ;
- Reconnaître et exercer les droits économiques, sociaux et culturels ;
- Justice climatique mondiale face au changement climatique ;
- Construire un nouveau système financier international ;
- Renforcer et redéfinir la coopération internationale.

D’après le rapport 2009 de Social Watch, « par sa gravité, la crise aiguisera l’exploitation de la force de travail. Toute crise détériore les conditions de travail – avec l’interruption de la production, en premier lieu, et avec la destruction de capitaux, par la suite – en aiguisant les stratégie des détenteurs de capitaux pour se maintenir sur le marché. Cette situation devient d’autant plus violente dans les phases initiales de récupération, quand les entreprises profitent du chômage et des gains extraordinaires qu’offre la concentration des capitaux qui survivent ». Dans ce cadre, le rôle des ONG et de leurs plates-formes fut de participer à l’élaboration de propositions communes avec leurs pairs, présentées lors du G20 et du G8, impulser des campagnes et solliciter des espaces au sein des différentes instances de décision au niveau mondial. Avant la crise, les ONG ont exposé les propositions suivantes au G20 :
- Garantir la gouvernabilité démocratique de l’économie en régulant les activités financières, en créant de nouveaux instruments fiscaux, en supprimant les incitations et en restreignant la spéculation, en interdisant les produits financiers des casinos et en garantissant que les ressources de l’épargne privée ou publique se canalisent effectivement en direction de l’activité productive.
- Créer du travail décent et des services publics pour tous, garantissant un investissement massif dans un New Deal vert, afin de construire une économie verte.
- Don de 0,7% de la rente nationale à la coopération au développement pour 2013.

 État des débats

Les principaux thèmes négociés actuellement dans différents espaces au niveau mondial sont : les mécanismes innovants pour le financement du développement ; le travail décent, la régulation des marchés financiers spéculatifs ; les fonds additionnels pour le développement. Un pas significatif en la matière a été franchi par le rapport de la Commission Stiglitz, qui reflète certaines des propositions historiques des organisations de la société civile. Le document émanant de la Conférence des Nations unies sur l’impact de la crise financière devrait bénéficier d’un suivi de la part de la société civile.

 Instances de négociations

L’inégalité n’est pas un thème spécifique des négociations multilatérales, cependant, il existe des instances et des négociations dans lesquelles il est possible d’inscrire les demandes des ONG. Dans le cas des sommets du G8 et du G20, les ONG ont un espace pour se réunir avec les sherpas et transmettre les propositions de la société civile, en amont des réunions entre les mandataires.

Dans le cas des Forums euro-latino-américains, précédant les sommets des chefs d’État, il est nécessaire que les ONG des deux régions effectuent un travail ensemble pour inclure des propositions transversales sur le thème de la lutte contre les inégalités, indépendante des discussions spécifiques de chaque sommet.

Durant cette période, il sera également essentiel de systématiser le suivi des Objectifs du Millénaire, dans la perspective du Sommet MDG+10 qui aura lieu à New York en 2010. D’un autre côté, les recommandations du Groupe pilote seront révisées, de même que les avancées concrètes en matière de mécanismes innovants pour le développement, lors de la prochaine réunion qui aura lieu à Santiago du Chili en janvier 2010.

Plate-forme animatrice de l’exercice : ACCIÓN


  • Premier atelier : exercice de diplomatie non gouvernementale sur les inégalités

    Le 18 novembre s’est tenue à Bruxelles la première session de travail sur l’exercice de diplomatie non gouvernementale « Lutte contre l’exclusion sociale et les inégalités », lors de l’Assemblée de CONCORD. La MESA des associations nationales et réseaux d’ONG d’Amérique latine et des Caraïbes et la plate-forme chilienne des ONG, ACCIÓN, sont responsables de cet exercice.

Documents des plates-formes

© 2010 ONG-NGO - Netlinking - Réalisation : MWM